Rédiger une note de synthèse avec brio !



Imaginez-vous dans un lieu inconnu, étroit où vous n'êtes pas très à l'aise ! Vous n'y êtes pas ? C'est normal, qui se languit de composer dans une salle de concours ? Alors abordons la méthodologie de préparation de concours de catégorie B.

Nous vous livrons en 5 étapes clés une méthodologie de la note de synthèse qui a fait ses preuves.

Clé n° 1 : bien étudier l'énoncé du sujet

(10 minutes)

En général, une demande et une commande sont formulées dans l'énoncé.

Vous devez distinguer la demande de la commande. Celui-ci revêt une importance fondamentale, dans la mesure où il pose plus ou moins précisément des questions auxquelles il faut répondre. Négliger cette étape risque d'orienter tout le travail sur une fausse piste.

Clé n°2 : de la note de synthèse

(15 minutes)


En premier lieu, imprégnez-vous de l'énoncé en le lisant plusieurs fois sans rien souligner, ni encadrer, ni écrire. Reformulez-le dans votre propre langage en vous posant les questions: -Qui suis-je et qui va signer le document à rédiger ? -Que me demande-t-on ? -De quoi s'agit-il ?

Ensuite, passez l'énoncé au crible: -cherchez le thème général du dossier -cernez les limites imposées par l'énoncé (temporelles, spatiales, catégorielles ou sectorielles) -repérez les mots-clés qui mettent en évidence la problématique -réfléchissez sur le sens de la directive ou consigne: examiner, commenter, comparer, discuter, apprécier, expliquer...ne signifient pas la même chose.

Une erreur grave est le développement hors-sujet: par exemple, recourir au plan type "problèmes-solutions" alors que le sujet invite à ne traiter que des problèmes.

La première étude de l'énoncé ne dispense pas d'y revenir par la suite. Au contraire, lorsque vous élaborerez votre plan détaillé, il vous faudra vérifier que celui-ci ne comporte aucune digression et qu'il n'y a pas de déviation de raisonnement par rapport à la question posée.

Clé n° 3 : parcourir rapidement le sommaire

(lecture panoramique: 10 minutes)

Pour en repérer les différents éléments et avant de vous "lancer" dans les textes, il faut vous servir du premier outil mis à votre disposition: le sommaire. Celui-ci contient d'importants renseignements: le titre de chaque article ou texte, l'auteur, l'ouvrage ou le périodique dont il est tiré et la date.

Vous devez disséquer cette page. Les centres d'intérêt étudiés dans le dossier apparaîtront ainsi peu à peu. Repérez les signatures, les documents importants, les sources.

Vous serez attentif à la date et à l'origine des documents, ce qui permet parfois de repérer certains textes caducs ou de percevoir un éclairage nouveau.

Vous trouverez fréquemment dans les dossiers de synthèse une série de textes dont les derniers modifient les premiers. Deux possibilités s'offrent alors à vous: - ou bien vous retenez seulement le dernier texte, c'est-à-dire la loi ou le règlement actuellement en vigueur - ou bien, si vous jugez l'évolution ou la modification importante dans l'optique de votre dossier, vous conservez l'ensemble des textes.

Il faut ensuite apprécier le volume du dossier: vous commencerez donc par le feuilleter pour repérer le terrain (les difficultés de certains documents, les différences de nature entre les textes, leur opposition ou leur complémentarité).

En bref, laissez-vous "impressionner" par le dossier.

Clés n° 4 : Lire activement et définitivement les textes pour aboutir à l'inventaire sélectif des idées (1h20)

Cette phase de travail est essentielle et permet d'éviter tout report ultérieur au dossier qui vous ferait perdre du temps. Il importe de trouver rapidement les idées contenues dans les textes et de ne pas s'arrêter sur le style ou sur des exemples superflus.

Le texte peut être abordé de plusieurs façons: - on peut le parcourir très rapidement dans le but de chercher l'idée principale; si toutefois certains passages semblaient importants, on reviendrait alors dessus pour une lecture plus lente - les textes qui ne présentent aucune idée nouvelle ou aucune idée pertinente devront être lus très rapidement - si, en revanche, le texte offre une argumentation nouvelle et riche, il est évident qu'il faudra lui consacrer plus de temps quitte à accélérer sur certains passages secondaires

Pour gagner du temps, il est utile, avant de lire un texte, de savoir ce que l'on y cherche. C'est pourquoi l'analyse du texte dans sa globalité est importante. Il est bon de se former d'abord une vue d'ensemble en explorant: - les titres, les sous-titres - la numérotation des parties - les mots dégagés par la typographie ( en gras, en couleur ou soulignés...) D'une façon générale, il faudra toujours lire les premier et dernier paragraphes de chacun des articles pour en connaître la substance.

La lecture deviendra alors la recherche des mots-clés. Cette lecture sera faite un crayon à la main, pour souligner les idées essentielles en rapport avec le sujet. Évitez le soulignement abusif, surtout en première lecture.

Vous pouvez titrer certains paragraphes importants.

Certains énoncés offrent une amorce de plan: "vous rédigerez une note présentant les principes et les modalités d'exercice du droit de...". On sait alors que l'on va rechercher: 1) des principes 2) des modalités On peut alors utiliser des lettres-clés pour repérer les articles, par exemple P pour principe et M pour modalité. On peut également utiliser 2 surligneurs de couleur différente pour distinguer immédiatement les principes des modalités.

L'idéal est de travailler sur le dossier seul; une bonne technique d'annotation (titres en marge, regroupement de paragraphes par accolades, mise en évidence des enchaînements logiques etc.) permet de faire ressortir la structure des textes et de "photographier" tout de suite l'essentiel.

Vous remarquerez que les idées principales sont en générale en début de paragraphe. Il convient donc de s'y attarder plus que sur le reste. De plus, il ne faudra pas hésiter à sacrifier certains passages en rayant des paragraphes, voire des pages entières qui ne font que reprendre des idées déjà exposées ailleurs ou qui se révèlent hors sujet.

On a intérêt à ne lire le dossier qu'une seule fois.

Évidemment, beaucoup d'incertitudes surgissent en première lecture (telle information est-elle à retenir ?). En cas de doutes, il faut signaler le problème (point d'interrogation en marge par exemple), la suite du dossier permettant souvent de trancher. Après la lecture, il conviendra de régler le sort de tous les points d'interrogation.

Au cours du dépouillement, il est bon également de repérer les définitions, les phrases d'exposition générales qui pourront être reprises dans l'introduction ou la conclusion.

Clé 5: élaborer un plan détaillé de votre note ( 30 minutes)

Vous reviendrez au libellé du sujet qui énumère parfois les différentes parties à traiter et suggère un plan. Celui-ci n'est toutefois jamais imposé au départ. A défaut, ce sont les textes qui fourniront peut-être un plan ou une partie de plan.

Il faut alors classer cette masse d'informations en "familles": causes, conséquences, cadre juridique, conditions d'application, données historiques, économique, sociales, etc.

Une fois opérés les regroupements, il faut ensuite chercher un ordre logique d'exposition: chronologie, ordre d'importance croissante ou décroissante etc.

Si votre plan doit se dégager de votre prise de notes, ici, le recours aux plans-types est souvent commode. Je précise enfin qu'il existe toujours plusieurs plans convenables pour un sujet donné: clarté et simplicité de l'exposition sont les qualités à privilégier. Combien de parties retenir dans votre plan?

Si l'intitulé du sujet laisse entrevoir ce nombre, vous suivrez cette indication, sauf s'il vous paraît plus juste d'effectuer certains regroupements. Si le sujet ne comporte aucune indication, il vous faudra faire preuve d'initiative, la bonne formule consistant à regrouper autour de 2 parties principales, 3 à la rigueur, les idées du dossier.

Votre plan doit comprendre: Une introduction. ]Brève, elle doit présenter le sujet, le restituer dans son contexte, poser clairement le problème et annoncer le plan. Un développement (avec titres et sous-titres). Celui-ci comprend de 2 à 4 parties selon le plan retenu. Il faut ménager une transition très nette entre chaque partie et entre chaque sous-partie, ainsi qu'entre la dernière partie et la conclusion. Une conclusion. Elle sera concise. Il faut éviter de conclure en relançant le débat ou en faisant apparaître des éléments qui auraient dû être traités dans le corps de la note. La conclusion peut être synthétique (récapitulative) ou prospective (ouverte sur le futur) en reprenant une idée suggérée dans le dossier. 5) Rédiger la note

Le temps est limité, il faudra donc, en suivant précisément votre plan, rédiger directement la plus grande partie de votre note.

Un bon canevas de rédaction permet de rédiger au propre, sans brouillon. C'est une habitude qui s'acquiert très vite, même si elle peut impressionner au départ. Ce canevas de rédaction est un plan précis (titres des parties et sous-parties) avec, en regard, les pages du dossier où se trouvent les informations en question.

Il est cependant conseillé de rédiger au brouillon l'introduction et la conclusion ainsi que certaines parties reprenant des idées complexes à exprimer ou certaines transitions délicates.

Le style doit être simple, précis et sobre. L'ensemble de la note doit être rédigé. Vous éviterez le jargon technique, le style télégraphique, les abréviations, ainsi que l'emploi de sigles non explicités: vous donnerez toujours le développement complet, en toutes lettres, du sigle avant de l'utiliser. Vous veillerez à citer les dénominations exactes des organismes officiels (ministères, conseils, comités...). Vous éviterez les circonlocutions et les enchaînements de longues subordonnées. Vous tâcherez d'user d'un vocabulaire simple mais précis, en éliminant les répétitions, ainsi que l'abus d'adjectifs et d'adverbes. Pas d'interjections ni d'exclamations. Vous bannirez les expressions familières, verbeuses ou proches du style parlé. En aucun cas vous ne recopierez de phrases entières extraites d'un document. Une note de synthèse ou administrative n'est pas un montage de résumés de chaque texte, ni un collage des phrases-clés de chaque texte. La présentation générale est importante et entre en ligne de compte pour la notation. Les ratures, les fautes d'orthographe et de syntaxe sont bien entendu à proscrire. Prenez l'habitude d'aérer votre devoir, de laisser une marge pour le correcteur, tout en écrivant le plus lisiblement possible. Le texte bien composé doit faire apparaître, par sa disposition en paragraphes distincts, le plan détaillé de la note. 2 types de présentation sont envisageables : - la note entièrement rédigée, avec des phrases de transition entre chaque partie (type dissertation). - le devoir structuré, avec titres et sous-titres hiérarchisés. Cette formule permet souvent de gagner du temps lors de la rédaction et sa présentation est plus agréable pour le lecteur.

Le temps est bref...

Pendant l'entraînement, observez le temps passé à chaque étape afin d'identifier vos points forts et faibles. Vous saurez alors comment vous organiser pour être sûr(e) de finir à temps.

Prévoyez une marge de 10 minutes pour vous relire et vous corriger.

Entre 2 maux enfin, il faut choisir le moindre: mieux vaut rendre une copie raturée, avec au pire quelques flèches et renvois, qu'un devoir immaculé mais lacunaire ou mal construit.

Allez, c'est à vous. Bonne chance!

15 vues
  • Twitter - White Circle
  • Facebook - White Circle
  • LinkedIn - White Circle

© 2020 Tous droits réservés.

www.rlc-conseil.com